En 2018, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) sera dotée d’un budget d’intervention de 799,2 millions d’euros qui lui permettra de financer la rénovation de 104.000 logements.

L’objectif ? Rénover chaque année 75 000 logements via son programme “Habiter Mieux”.

Trois conditions sont requises pour prétendre aux aides de l’ANAH :

Être propriétaire de votre logement

Faire réaliser des travaux pour l’amélioration de votre habitat

Correspondre aux critères de ressources

Deux seuils de ressources : personne très modeste et personne modeste.

Vous pouvez bénéficier des aides de l’ANAH si votre revenu fiscal de l’année 2017 ne dépasse pas les seuils suivants :

nombre de personne(s) dans le foyer revenu en € / an (Ile-de-France revenu en € / an (province)
1 20079 € (très modeste)

24 443€ (modeste)

14 508€ (très modeste)

18 598€ (modeste)

2 29 471€ (très modeste)

35 875€ (modeste)

21 217€ (très modeste)

27 200€ (modeste)

3 35 392€ (très modeste)

43 086€ (modeste)

25 517€ (très modeste)

32 710€ (modeste)

À partir de ce barème national, le contact local de l’Anah peut faire le choix des ménages prioritaires.

Conditions : Il faut que votre logement soit achevé depuis 15 ans minimum, que la demande de subventions soit accordée avant le lancement des travaux et que ceux-ci soient réalisés par des professionnels du bâtiment (qualifiés RGE).

Si les travaux permettent de faire baisser la consommation énergétique de votre logement d’au moins 25 %  la prime ‘Habiter Mieux’ peut vous être attribuée.

De plus l’Anah élargie ces aides aux copropriétés. Cette aide collective attribuée au syndicat de copropriétaires concerne les travaux permettant un gain énergétique de 35% minimum.

Pour plus d’informations http://www.anah.fr/